Les contraintes

      écologiques

                           en milieu urbain.

 

Par ailleurs, la qualité écologique des poches résiduelles qui accueillent encore des espaces de nature en ville (jardins, parcs, squares, friches...) dépend de leurs capacités à ressembler à des milieux naturels référents malgré l'environnement urbain dont elles sont entourées.

Ces milieux sont les suivants : - forestiers (grands arbres) - intermédiaires (arbustes) - ouverts (prairies) - de rocaille (falaise, grottes, éboulis, grèves...) - zones humides - maritimes.

C'est simple, pour apprécier la qualité écologique d'un espace, il faut pouvoir identifier son milieu naturel de référence et comparer ses caractéristiques avec celles de ce milieu. 

Ainsi, la théorie de l'écologie du paysage intégrant les corridors écologiques, les notions de trame naturelle, guide aujourd'hui toute réflexion et tout projet de restauration de la biodiversité. Elle doit aussi s'appliquer au milieu urbain.