Les milieux naturels

   référents sont au nombre de 6 catégories.

 

Les éléments qui constituent le monde du vivant ne se sont pas associés au hasard. Leur complémentarité est le fruit d'une longue évolution. Elle a permis d'aboutir à de grands équilibres caractéristiques de milieux naturels référents. Vous avez déjà rencontré, en région, la forme qu'ont pris ces grands équilibres, à laquelle vous pouvez vous référer pour chacun d'entre eux : - milieux forestiers - milieux intermédiaires - milieux ouverts - milieux humides - milieux de rocaille.

 


Lorsque vous vous baladez en forêt, vous avez déjà remarqué des détails, des particularités que vous ne retrouvez pas dans un espace vert urbain :


- la diversité des espèces d'arbres ou de plantes - la spontanéité végétale - l'importance du bois et du feuillage morts - des jeunes pousses et des vieilles branches - un sol irrégulier, de la mousse - du lichen, des champignons - des trous - des flaques - des pierres affleurantes - des chants d'oiseaux - des fientes - des toiles d'araignées - des noisettes dont la coque est percée - des racines apparentes - ...

 

Ainsi, retenez ce qui caractérise la forêt que vous préférez, ou la rivière aux doux méandres le long de laquelle vous vous êtes un jour allongé ou encore la prairie dans laquelle butinent les abeilles ou encore ces falaises que vous avez toujours admirées... Notez tout ce que vous voyez, même si cela vous semble une évidence, et vous verrez que cette observation personnelle vous offrira les clés de lecture des espaces verts urbains que vous rencontrerez (et des autres aussi par la même occasion).


Cette observation deviendra le repère auquel vous vous référerez grâce à votre propre bon sens. Pour cela, il suffit juste de se poser quelques (bonnes) questions et d'acquérir quelques réflexes.


Typologies des 6 Catégories de milieux naturels
 
Les milieux forestiers avec une majorité de grands arbres (feuillus, résineux ou mixtes), qu'on appelle arbres de haute-tige.
Les différentes hauteurs végétales proposées par la forêt garantissent la présence du plus large cortège animal. Chaque étape de la croissance végétale (de la racine à la feuille la plus haute, de la matière vivante aux bois et feuillages morts) offrira ressource au monde animal.
- Alors, qu'est-ce qu'ils ont de différents, ces massifs forestiers de votre Parc urbain ? Quelles réflexions doivent-ils vous inspirer ?
 
 
 
Les milieux intermédiaires arbustifs avec une majorité d’arbres moyens, les arbustes (présents notamment en paysage de bocage, dans les haies).
Avez-vous déjà observé l'envol des oiseaux cachés dans une haie ou dans un fourré et que votre arrivée dérange. Petits et moyens mammifères, fleurs spécifiques, passereaux, rapaces... la faune et la flore inféodée à ces milieux intermédiaire est importante.
- Alors, la haie du jardin ou du square municipal, est-ce qu'elle ressemble ou pas à ces arbustes bocagers ou à ces milieux de lisière ?
 
 
 
Les milieux ouverts avec peu d’arbres ou d’arbustes (prairies, pâtures extensives).
Ces milieux ouverts sont plus riches en diversité floristique quand les produits de leur fauche ne sont pas laissés à décomposer sur place. Alors le sol s'appauvrit et paradoxalement la diversité florale qui s'exprime alors est la plus abondante.
- Qu'ont-elles ces prairies de printemps ou d'été que n'a pas l'espace vert de votre immeuble ?
 
 
 

  Les milieux humides avec des eaux courantes ou stagnantes. Indispensables à la vie, ces zones humides sont en régression et par là même les capacités d'accueil qu'elles offraient à de nombreuses espèces qui ainsi disparaissent. En milieu urbain, leurs caractéristiques naturelles ne sont souvent pas respectées, à vous de comparer.

  Une autre catégorie de milieux humides particulièrement artificialisés en Nord-Pas-de-Calais sont les milieux littoraux : dunes, estuaires, falaises, plages...

 
 
 
Les milieux de rocaille (falaise, éboulis, grottes…).
On ne dirait pas qu'ils sont utiles et pourtant... Cavités, interstices, ombres, support... ils offrent souvent protection à ceux qui peuvent y accéder et une certaine catégorie de végétation s'y est parfaitement adaptée. La reproduction de nombreuses espèces dépend des milieux de rocailles.
- La tour en face de chez vous, votre toiture, votre balcon peuvent-ils s'y substituer et comment ?
 
       
Les milieux maritimes, ne sont pas traités dans ces observations car éloignés des problématiques   urbaines... (ce qui n'est pas le cas des milieux littoraux)...